Horaire du culte :

Tous les dimanches

à 10h30

PRESENTATION ACTIVITES ENSEIGNEMENTS CONTACT LABIBLE ANNONCES

Vivre Aujourd’hui....Un calendrier pas comme les autres
Chaque jour, une réflexion, une anecdote, un témoignage en lien avec un texte de la Bible, la Parole de Dieu....

Une Eglise en marche

3 mai 2007 Sylvain

UNE EGLISE EN MARCHE PAR LA FOI/ EN MARCHE PAR LA JOIE?

Paul les chrétiens de philippes et les autres

PAUL

1. Présentation générale

J’ai ? cœur de centrer le message sur l’épître aux Philippiens. L’Eglise de Philippes, un exemple pour nous, un exemple pour Paul . Qu’est ce que pourrait nous enseigner cet exemple ?

Une collaboration joyeuse entre l’apotre et l’église. Une collaboration fondée sur l’amour .
C’est l’épître de la joie ! C’est une lettre encourageante.

Une lettre qui fait du bien. je n’en éprouve aucune lassitude de la lire et la relire. Je découvre toujours de nouvelles choses, des éléments qui m’interpellent et qui me donnent du courage et de la joie dans le coeur.

Paul apprécie particulièrement les chrétiens de Philippes : ils les considère comme de véritables collaborateurs dans son ministère d’apôtre des paiens. Ce qui transparait dans cette lettre , ce qui est au premier plan, c’est le projet missionnaire qui unit Paul ? ses coéquipiers comme Thimotée et les églises qui sont issues de cet effort missionnaire, en particulier l’église de Philippes.

On retrouve le mot joie ou l’expression se réjouir plus de 16 fois dans cette lettre. Paul a« mis le paquet» au niveau de l’exhortation ? se réjouir :

Philippiens 2.18 « vous aussi réjouissez– vous de même et réjouissez-vous avec moi. » ( alors que Paul est sur le point de terminer sa vie )

Philippiens 3.1 « Au reste, mes frères, réjouissez– vous de tout ce que le Seigneur est pour vous»

Philippiens 4.4 «Réjouissez– vous toujours dans le Seigneur; je le répète,réjouissez– vous. »

Un mot qui résonne d’autant plus fort quand on sait que cette lettre a été rédigée par un prisonnier. C’est pour moi, un témoignage éloquent du triomphe de la foi sur l’adversité du triomphe de la foi , et de l’espérance sur les circonstances.

Oswald Sanders a écrit ceci :

« Quand la maison de Jeremy Taylor , le vieux puritain, fut cambriolée, tous ses biens de grande valeur volés et sa famille mise ? la porte, il s’agenouilla et remercia Dieu de ce que ses ennemis lui avaient laissé le soleil et la lune, une femme aimable et beaucoup d ‘amis ? aimer , la providence de Dieu, toutes les promesses de l ‘évangile, sa foi , son espérance du ciel et la charité envers ses ennemis ! Sanders ajouta : Avec de telles richesses, aucun voleur ne peut l ‘appauvrir . »

Il faut parfois traverser de telles tempêtes pour comprendre les vraies valeurs de la vie. Pour faire une distinction entre l’accessoire et le nécessaire, entre le matériel et le spirituel, entre ce qui est passager et ce qui est éternel… c’est bien sûr le cas de Paul !

Paul est dans une phase de son ministère où il est capable de prendre du recul par rapport ? son ministère, et ? ses combats. Il est en prison Il a donc du temps pour réfléchir. Il a l’expérience, la maturité, la sagesse. Il est plus détaché de l’immédiat. Ces exhortations en sont d’autant plus pertinentes.

Hormis le thème de la joie, cette lettre est une lettre d’exhortation, d’encouragement :

Exhortation a prendre Christ pour modèle, exhortation ? l’évangélisation, exhortation a être comme Paul, encouragements parce que l’évangile progresse

LES CHRETIENS DE PHILIPPES

Paul adresse cette lettre ? l’ensemble des chrétiens de l’Eglise de Philippes, aux membres ainsi qu’aux responsables de l’assemblée. ( c’est la seule fois que Paul fait cette distinction ? propos des dirigeants de l’église et des diacres , i.e ; que Philippes devait être bien structurée ? ses yeux ! )

A tous les saints en Christ Jésus

La sainteté: La difficulté réside dans le fait que c’est ? la fois la description d’un état, et en même temps, , l’orientation d’une vie. D’un côté, . nous le sommes. D’un côté,nous le devenons, et d’un côté,nous le serons ! En fait, le terme « saint » désigne :

1. tantôt le peuple de Dieu, c’est- ? – dire le peuple mis ? partpour Dieu, séparé, réservé, c’est le cas d’Israël dans l’A.T. et des chrétiens du N.T.nous le sommes sommes,

2. tantôt il désigne le processus de sanctification, d’amélioration, de purification de notre être, nous sommes appelés et prédestinés ? être saints ( nous le devenons)

3. tantôt il désigne la pureté, la notion , d’absence de péché, qui dérive directement du caractère de Dieu, Sa sainteté parfaite, l’absence absolue de toute forme de mal ou d’action mauvaise (nous le serons ).

Dans le N.T., le terme « saints » est très souvent utilisé pour désigner les chrétiens, le peuple de Dieu (cf. Ro 1.7 ; 1 Co 1.2 ; 2 Co 1.1 ; Eph 1.1 ;Col 1.2) et non le degré de propreté, de sainteté, de perfection d’une personne.

Nous avons dit que la difficulté résidait dans le fait que c’est ? la fois lavons description d’un état et en même temps, , l’orientation d’une vie. Nous. sommes des saints. Mais nous péchons encore, n’est- ce pas ? Avec l’instruction de Dieu, nous allons croître.

Dans quelle direction ? Dans la direction de Dieu ! Plus aimants, plus doux, plus joyeux, plus paisibles, etc.

La sainteté, c’est un peu comme une boussole. Elle pointe toujours en direction du nord. Que vous soyez au niveau de l’équateur, que vous soyez au niveau du 45ème parallèle, une boussole pointera vers le nord.

Nous en sommes tous ? des degrés divers de sanctification. Mais parce que nous sommes saints, nous allons vers la sainteté. Nous sommes destinés ? la sainteté.

Quand on devient chrétien, Du jour au lendemain, nous changeons d’identité mais nous constatons que tout ne change pas instantanément dans notre vie. Nous bénéficions de tous les privilèges spirituels acquis par Christ, mais nous ne les vivons pas encore d’une manière totale ? cause de notre chair.

Par contre, Dieu nous donne une extraordinaire avance : il nous déclare saint, et il fait de notre corps le temple de son Esprit, et , il nous sanctifie en nous donnant une capacité d’avancer.

Dieu nous donne, donc on peut avancer ! Parfois ? grands pas, parfois ? petits pas. Parfois en trébuchant. Mais nous sommes saints. C’est très important de le savoir, parce que tout change dans notre marche avec, Christ. Si Christ a fait de moi un saint — quelle grâce ! Je peux m’appuyer sur cela et continuer d’avancer malgré les difficultés et mes chutes quotidiennes.

qui vivent ? Philippes ?

Philippes était une ville de Macédoine située en Thrace (le côté Est de la Grèce, proche de la Turquie. Elle fut appelée d’abord Krénidès (petites fontaines) ? cause des nombreuses sources qui jaillissaient du sol (marécage).

En 356 av. J. J.- C., Philippe II de Macédoine, père d’Alexandre le Grand, annexa le territoire qui allait jusqu’? la rivière Nestus et s’empara de Krénidès. A proximité de la ville, il y avait des gisements d’or et d’argent qui permirent ? Philippe de poursuivre ses projets ambitieux. Il agrandit donc la ville, la fortifia et lui donna son propre nom. Krénidès devient Philippes Ce n’est qu’en 168 av. J.- C. que la ville de Philippes et toute la contrée tombèrent au pouvoir des Romains. En 42 av. J. J.- C.,. Octave, devenu César Auguste, établit ? Philippes, en souvenir de sa victoire, une colonie romaine mentionnée en Act 16.12.

En 52 ap. J. J.- C., quand – pour la 1ère ère fois – l’apôtre Paul séjourna ? Philippes (Act 16), la ville était peuplée essentiellement d’anciens militaires Romains en retraite (des vétérans de l’armée). Lorsque Paul se rendait dans une cité païenne (non juive), il avait pour habitude de chercher la synagogue locale afin d’y trouver un auditoire parmi les Juifs et les Gentils craignant Dieu qui la fréquentaient.

Il semble qu’? Philippes la communauté juive n’ait pas été assez importante pour constituer une congrégation (synagogue). Le quorum requis ? cet effet étant de 10 hommes.

Mais il existait, hors de la ville, sur les bords de la rivière Gangites, un lieu de rassemblement informel où se réunissaient quelques femmes :

Actes 16.12 – 15

12 De l? , nous sommes allés jusqu’? la colonie romaine de Philippes, ville du premier district de Macédoine[e]. Nous avons passé plusieurs jours dans cette ville.

A Philippes

13 Le jour du *sabbat, nous nous sommes rendus hors de l’enceinte de la cité, au bord d’une rivière où nous supposions que les Juifs se réunissaient d’habitude pour la prière. Quelques femmes étaient rassemblées l? . Nous nous sommes assis avec elles et nous leur avons parlé.

14 Il y avait parmi elles une marchande d’étoffes de pourpre, nommée Lydie, originaire de la ville de Thyatire et qui adorait Dieu. Elle écoutait, et le Seigneur ouvrit son cœur, de sorte qu’elle fut attentive ? ce que disait Paul.

15 Elle fut baptisée avec sa famille et ceux qui en dépendaient, puis elle nous invita en disant:
« Puisque vous avez jugé que je crois au Seigneur, venez loger chez moi. »

Et, avec insistance, elle nous pressa d’accepter.

Pendant son séjour ? Philippes, Paul amena plusieurs personnes ? la conversion. Le récit des Actes nous raconte que le geôlier (gardien de prison) se convertit ainsi que toute sa famille (maisonnée). Il y avait donc un noyau de chrétiens qui se réunissait chez Lydie De l? est née l’Eglise de Philippes. Paul et Silas (certainement accompagné de Timothée) leur ont donné les bases de la foi et furent obligés de quitter la ville ? cause des autorités romaines., vous le savez ,Paul et Silas ont dérangé l’ordre établi en exorcisant une jeune femme dotée d’un esprit de divinations qui produisait de bons revenus ? ses maîtres . La foule s’est déchaînée contre eux, on les fit battre et on les enferma . dans la prison, ils chantaient des louanges ? Dieu, de sorte que les murs s’écroulèrent , le geôlier se convertit ( au lieu de se suicider) et puis Paul a découvert sa botte secrète auprès des autorités en leur indiquant qu’il était romain: bref ils partirent de la ville , non sans prendre la précaution de rendre une dernière visite ? l’église naissante chez Lydie pour les encourager . (tout acte 16 )

« Contraints, ils laissèrent les Philippiens (bébés dans la foi mais vraiment zélés pour Dieu) entre les mains du Saint- Esprit. »

COMMENT CE NOYAU EST IL DEVENU UNE EGLISE ?

Dix ans plus tard, quand Paul leur adresse cette lettre, où en est l’Eglise de Philippes ?

Il y a maintenant des dirigeants (anciens, responsables, pasteurs) et des diacres. Est – ce le fruit du hasard ? En fait , j’ai l’impression que la structure, est le résultat naturel de leur prise de position pour l’Evangile + LES BONS SOINS DE PAUL Nous lisons :

Ph 1.4 – 5 « Oui, je remercie Dieu car, depuis le premier jour jusqu’? maintenant, par le soutien que vous m’avez apporté, vous avez contribué ? l’annonce de la Bonne Nouvelle. Nous voyons que dès l’instant où ils ont saisi le sens de l’Evangile ils ont mis la main ? la pâte !

Aussitôt compris, aussitôttransmis. L’Eglise a grandi. rapidement et la structure s’est imposée d’elle d’elle-même !

Cette Eglise. n’a pas grandi sans instruction non plus. L’apôtre veillait au grain. Il a toujours gardé un œil et un cœur pour les Philippiens :

1. Il les portait dans son cœur !

Ph 1.7 « Tels sont mes sentiments envers vous ; et il est juste que je les éprouve ; en effet vous occupez une place particulière dans mon cœur »

2. Il priait régulièrement pour eux !

Ph l.4 «Je prie pour vous tous en toute occasion, et c’est toujours avec joie que je le fais.»

Ph 1.9 « Et voici ce que je demande dans mes prières »

3. Il prenait des nouvelles d’eux !

Ph 2.19 « J’espère en comptant sur le Seigneur Jésus vous envoyer bientôt Timothée , pour être moi-même encouragé par les nouvelles qu’il me donnera de vous »

4. Il les enseignait régulièrement ( il répétait ses enseignements)!

Ph 3.1 « Enfin mes frères réjouissez vous de tout ce que le Seigneur est pour vous . Il ne m’en coûte pas de me répéter en vous écrivant »

5. Il désirait leur rendre visite pour les encourager !

Ph 1.25 « J’en suis convaincu, je sais donc que je resterai et je demeurerai parmi vous tous , pour contribuer ? votre progrès et ? votre joie dans la foi. Ainsi, lorsque je serai de retour chez vous, vous aurez encore plus de raisons, ? cause de moi, de placer votre fierté en Jésus Christ. »

6. Il les visitait quand l’occasion se présentait !

Actes 20.6 nous dit que Paul s’est rendu ? Philippes environ 5 ans après sa 1ère visite.

7. Il leur faisait confiance!

Ph 1.6 «Et, j’en suis fermement persuadé: celui qui a commencé en vous son oeuvre bonne la poursuivra jusqu’? son achèvement au jour de Jésus-Christ».

8. Il formait leur missionnaire !

Ph 2.25 « J’ai estimé nécessaire de vous renvoyer Épaphrodite , mon frère, mon collaborateur et mon compagnon d’armes votre délégué que vous avez chargé de subvenir ? mes besoins… »

Epaphrodite était en effet un délégué de l’église de Philippes envoyé auprès de Paul pour l’aider pendant son emprisonnement. Epaphrodite était également porteur d’un don matériel pour subvenir aux besoins de Paul

( ph 4.18 )

J’atteste par cette lettre avoir reçu tous vos dons, et je suis dans l’abondance. Depuis qu’ Epaphrodite me les a remis, je suis comblé. Ils ont été pour moi comme le doux parfum d’une offrande agréée par Dieu et qui lui fait plaisir.

19 Aussi, mon Dieu subviendra pleinement ? tous vos besoins; il le fera, selon sa glorieuse richesse qui se manifeste en Jésus-Christ.:

Nul doute que Paul a formé Epaphrodite !

Ph 2,29 : « Réservez donc lui l’accueil dû ? ceux qui appartiennent au Seigneur : Ayez de l’estime pour de tels hommes. C’est en travaillant au service de Christ qu’il a failli mourir ! »

En son absence, l’Eglise a donc continué de croître jusqu’? ce qu’il y ait des hommes et des femmes solides dans la foi (anciens et diacres). En lisant l’épître aux Philippiens nous voyons que l’Eglise de Philippes était :

1. Une Eglise qui prenait part ? l’Evangile !

Ph 1.5 « je ne cesse, dans toutes mes prières pour vous tous, de prier avec joie, ? cause de la part que vous prenez ? l’Évangile depuis le premier jour jusqu’? maintenant. »

2. Une Eglise Missionnaire !

Ph 2.25 « J’ai estimé nécessaire de vous envoyer Épaphrodite, mon frère, mon compagnon d’œuvre et de combat ,que vous m’avez envoyé et ? qui vous avez donné de quoi pourvoir ? , mes besoins »

3. Une Eglise fidèle et généreuse !

Ph 4.15«Vous le savez vous vous-mêmes, Philippiens, au commencement (de la prédication) de l’Évangile, quand j’ai quitté la Macédoine, aucune Église, si ce n’est la vôtre, n’entra en compte avec moi pour ce qu’elle donnait et recevait ,vous avez été les seuls ? le faire ».

Nous comprenons mieux pourquoi l’apôtre Paul avait tant de joie ? leur écrire et ? les encourager ? continuer de marcher pour la cause de Christ. Le témoignage de cette Eglise a été si marquant que des gens de l’extérieur ont été touchés. Ecoutez ce que nous dit le témoignage de l’histoire :

« Cette église de Philippes donna, un demi – siècle plus tard (vers l’an 100 ), la preuve de ce caractère au travers de la sollicitude dont elle entoura Ignace, évêque d ‘Antioche, alors q u’ il se rendait ? Rome sous escorte militaire pour être livré aux bêtes dans l ‘arène. Tout comme Paul avant lui , Ignace s’embarqua est passé par Philippes, mais l ‘intérêt des chrétiens de cette ville ? son égard les poussa ? écrire ? Polycarpe, évêque de Smyrne, afin de, lui demander de bien vouloir leur faire parvenir des copies de toutes les lettres (messages) d’Ignace qu’ il pourrait avoir ? sa disposition. La réponse de Polycarpe (évêque de Smyrne) ? cette requête est parvenue jusqu’? nous. Dès le début de sa missive, il exprime sa joie de ce q u’ i l s « ont suivi l ‘exemple du véritable amour et aidé, quand l ‘occasion s’en est présentée, ceux qui ont traversé leur ville chargés de chaînes. » Par les chaînes sont , d ‘après lui , un ornement pour les saints. Ce sont « les diadèmes de ceux qui ont été vraiment choisis par notre Dieu et notre Seigneur ». (époque de la persécution) l ajoute encore: « Je me réjouis également de ce que votre foi , fermement enracinée, renommée dès les premiers jours, dure jusqu’? présent et porte du fruit pour notre Seigneur Jésus-Christ . » L’arbre que Paul et ses compagnons avaient planté (et que Dieu faisait croître) continuait de rendre témoignage de la qualité du travail effectué. » !

CONCLUSION

Impressionnant, non ! Cette Eglise de Philippes me fait envie. Cette épître aux Philippiens me fait du bien. Et ça rime !

Laisser un commentaire

Obligatoire

Obligatoire,

*

Du HTML autorisé:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>


Rechercher

Abonnement : gratuit !

Inscrivez-vous pour recevoir un e-mail de notification à chaque article publié.


 

5 Articles plus récents

Catégories

Archives

Liens


Nb de visiteurs depuis mai 2012 :20851
Nb de visiteurs aujourd'hui:126
Nb de connectés:2