Horaire du culte :

Tous les dimanches

à 10h30

PRESENTATION ACTIVITES ENSEIGNEMENTS CONTACT LABIBLE ANNONCES

Vivre Aujourd’hui....Un calendrier pas comme les autres
Chaque jour, une réflexion, une anecdote, un témoignage en lien avec un texte de la Bible, la Parole de Dieu....

Marthe et Marie (2ème partie)

7 novembre 2015 cep.le.mans

Evelyne Pankar – Journée régionale des femmes

APRES MIDI

Prêtes pour repartir à Béthanie ? Nous allons maintenant continuer à voir ce que la Bible nous dit encore sur Marthe et Marie et nous allons les retrouver dans deux circonstances bien différentes. Dans le premier texte que nous allons lire maintenant, il n’est plus question de recevoir des invités, de préparer un repas. Nous retrouvons nos deux sœurs dans une situation bien pénible, l’une de celles auxquelles nous aimerions échapper, un de nos proches très malade…
Lisons Jean chapitre 11


Récit à nouveau étonnant… et pas seulement parce qu’on assiste à une résurrection. Tout à l’heure, on se serait attendu à ce que Jésus encourage Marie à aller aider sa sœur… et nous avons vu comment Il a réagi, nous montrant quel devait être l’ordre des choses, écouter puis servir. Là, on retrouve cette fratrie, Marthe, Marie et aussi Lazare, dont il nous est dit, au verset 15, que Jésus les aimait, chacun d’entre eux (remarquons que c’est Marthe qui est là nommée en premier… ce qui montre bien que, dans l’épisode de ce matin, il n’y avait pas vraiment reproche mais plutôt incitation à établir des priorités, à aller plus loin avec Lui. Mais ce récit est étonnant parce que Jésus qui les aime tant permet que Lazare meure… et que les deux sœurs restent dans la peine du deuil pendant quatre jours !

Epreuve difficile, toutes celles qui sont passées par là peuvent en témoigner… Nous n’allons pas étudier ce texte en détail, par exemple nous ne prendrons pas en compte des aspects qui seraient aussi vraiment intéressants comme les dialogues entre Jésus et Ses disciples, comme l’angoisse des disciples qui savent que, en retournant à Béthanie, ils risquent de tomber entre les mains de ceux qui veulent faire mourir Jésus (Jésus sait que Son heure n’est pas encore venue … mais pas eux). Nous ne nous attarderons pas non plus sur la résurrection de Lazare en elle-même. Il faudrait bien plus de temps que celui dont nous disposons, mais nous allons seulement voir comment Dieu transforme Marthe et Marie et comment Il peut nous transformer, ou du moins, désire nous transformer quand nous sommes à Son écoute.
Lazare est malade. Là encore, nous sommes à Béthanie, il y a 2 000 ans, pas de Samu ou d’hôpital. A qui faire appel ? Marthe et Marie le savent, seul Jésus peut faire quelque chose, Lui seul peut guérir leur frère alors aussitôt, elles envoient un messager Lui dire, Seigneur, voici, celui que tu aimes est malade. Jésus et Ses disciples, étaient de l’autre côté du Jourdain, on estime que c’était à 9 ou 10 heures de marche de Béthanie, et encore parce que les sœurs ne savaient sans doute pas exactement où il était alors le messager a dû se renseigner de lieu en lieu pour le trouver. Si les sœurs L’ont fait prévenir, c’est que Lazare ne souffrait vraisemblablement d’un simple rhume, son état était grave, ce que va confirmer la suite. Le message finit par parvenir à Jésus et que fait Jésus ? Il dit : Cette maladie n’est point à la mort; mais elle est pour la gloire de Dieu, afin que le Fils de Dieu soit glorifié par elle… et Il ne bouge pas, Il reste deux jours encore dans le lieu où il était, et ce n’est qu’ensuite qu’il dit aux disciples: Retournons en Judée. Alors 9 ou 10 h pour l’aller, 2 jours à attendre et 9 ou 10 h pour le déplacement de Jésus, cela fait… au moins quatre jours. Marthe et Marie, sachant que Jésus les aimait tous les trois, pensaient certainement qu’Il se mettrait en chemin, séance tenante, aussitôt le message reçu, donc qu’Il arriverait à Béthanie au plus deux jours après son envoi. J’imagine bien le nombre d’aller-retours à la porte pour voir si, enfin, Il arrivait et… rien !
Rien quant à l’arrivée de Jésus mais l’état de Lazare s’aggrave rapidement et le pire que puissent imaginer ses deux sœurs arrive, il meurt, peu de temps semble-t-il après le départ du messager puisque quand Jésus va enfin arriver, il est dans le tombeau depuis quatre jours ! L’enterrement à cette époque et dans les pays de la région a en général lieu le jour même du décès à cause de la chaleur.
Les deux sœurs sont effondrées, on le voit dans leur réaction … Jésus n’a pas répondu à leur message et maintenant, c’est trop tard. Lazare, leur frère bien-aimé, est mort, enterré. Selon la tradition juive, l’âme du défunt restait pendant trois jours aux environs et ensuite quittait les lieux. Donc au quatrième jour, la personne était vraiment considérée comme définitivement morte, il n’était même pas pensable qu’elle puisse revenir à la vie, l’âme était partie et le corps avait commencé sa décomposition. Comme il nous est dit au verset 19, beaucoup de Juifs étaient venus vers Marthe et Marie, pour les consoler de la mort de leur frère. Elles n’étaient pas seules, elles étaient bien entourées et c’est très important, mais il y avait ce deuil, brutal et la seule personne qu’elles attendaient vraiment, Jésus, n’était pas là.
Et quatre jours après, voici que le bruit court que Jésus arrive, Enfin ! Trop tard ! Elles croyaient vraiment que Jésus, leur ami, pouvait guérir leur frère mais c’est fini. A quoi bon ? Voyons la réaction des sœurs, on retrouve Marthe, toujours en action… mais là, ce n’est plus pour s’occuper des invités, de toutes ces personnes qui sont chez elles, non, elle se précipite pour aller à la rencontre de Jésus. Quant à Marie, elle est toujours assise, chez elle, mais elle reste avec ses amis et voisins et ne va pas dans un premier temps à la rencontre de Jésus. Peut-être que, enfermée dans son chagrin, elle n’a même pas appris que Jésus arrivait…
Regardons comment les sœurs ont changé depuis notre première rencontre avec elles. Leurs actions restent les mêmes, les attitudes changent. Si j’ai un tempérament actif, je reste active, si j’ai un tempérament calme, je reste tranquille mais ce sont les motivations que Dieu peut changer si je L’écoute. Ce qui me frappe ici, c’est que c’est Marthe, celle que le Seigneur a reprise dans l’épisode précédent, qui va à Sa rencontre. Nous avons dit tout à l’heure que nous ne savions pas comment les deux sœurs avaient réagi après la réaction inattendue de Jésus mais une chose est sûre, c’est Marthe qui est prête à rencontrer Jésus à nouveau, pas Marie pour le moment. Marthe a compris ce que Jésus lui a enseigné en la reprenant l’autre fois, elle ne Lui en veut pas pour cela et elle va à Sa rencontre, ce qui est maintenant la chose prioritaire. Peut-être que Lui, Il pourrait malgré tout faire quelque chose, ou au moins Il pourra Lui apporter du réconfort, elle pourra L’écouter.
Que dit Marthe à Jésus ? « Seigneur, si tu avais été ici, mon frère ne serait pas mort. » Là encore, elle ose dire à Jésus ce qu’elle ressent, « Seigneur, vraiment, je ne sais pas à quoi m’attendre avec Toi, Je croyais que Tu viendrais vite pour Le guérir mais Tu n’es même pas venu aussitôt. » Mais elle ne s’arrête pas là. Tout à l’heure, elle avait commencé en signalant à Jésus l’attitude, mauvaise à ses yeux, de sa sœur et elle disait à Jésus ce qu’Il devrait faire. Là, elle exprime ce qu’elle ressent. On comprend bien qu’elle est en quelque sorte déçue puisque Jésus n’a pas répondu assez vite à leur appel, elle exprime sa déception mais elle ne Lui dit pas ce qu’Il doit faire. La différence est grande et ce qu’elle dit ensuite montre combien elle a changé car elle ne s’arrête pas là . Nous avons là un de ces MAIS de la Bible, un de ces MAIS qui changent tout. Jésus n’a pas fait ce qu’elle attendait de Lui MAIS « Mais, maintenant même, je sais que tout ce que tu demanderas à Dieu, Dieu te l’accordera. » Elle ne Lui dit pas ce qu’Il devrait faire mais elle fait une belle déclaration de foi ! Dans sa douleur, Marthe garde sa foi en Jésus, elle sait qu’Il peut tout, que Dieu peut tout Lui accorder.
Et Jésus entame l’un de ces magnifiques dialogues, comme avec Pierre en Jean 21 ou avec la femme samaritaine… un dialogue où Il dit des choses simples mais qui font réfléchir, qui poussent à faire réagir, à aller plus loin, pour apporter un enseignement qui va porter. Il part de là où est la personne, de ce qu’elle sait déjà et ensuite, Il va l’amener sur un autre terrain, l’amener plus loin. La personne qui est alors en face de Jésus ne sera plus jamais la même. Et cet enseignement n’est pas seulement destiné à Marthe, il est aussi pour les disciples…. Et pour nous !
Jésus lui dit: Ton frère ressuscitera. Oui, cela, Marthe le sait, elle le Lui dit.
11:24 Je sais, lui répondit Marthe, qu’il ressuscitera à la résurrection, au dernier jour.
En fait, l’Ancien Testament enseigne la résurrection par exemple en Job 19 : 25-27 : Mais je sais que mon Rédempteur est vivant, Et qu’il se lèvera le dernier sur la terre. Quand ma peau sera détruite, il se lèvera; Quand je n’aurai plus de chair, je verrai Dieu. Je le verrai, et il me sera favorable; Mes yeux le verront, et non ceux d’un autre; Mon âme languit d’attente au dedans de moi.
Et puis, Marthe, entre deux préparations de repas, a quand même entendu les enseignements de Jésus ! Elle fait partie de Ses proches. Elle sait bien que les morts ressusciteront au dernier jour mais enfin, Jésus n’a quand même pas fait tant d’heures de marche, quatre jours après donc… trop tard… pour lui dire quelque chose qu’elle sait déjà ! Marthe, déjà dans sa douleur d’avoir perdu son frère, doit être complètement déstabilisée par cette évidence. Elle sait bien que son frère ressuscitera, cela la réconforte mais est-ce ce qu’elle attendait de la part de Jésus ? Pas sûr…
Mais Jésus, Lui non plus, ne s’arrête pas là, Il commence calmement, sereinement, à lui dire quelque chose et cela, elle ne s’y attendait pas. C’est quelque chose d’extraordinaire, de nouveau, de fondamental, une révélation pour elle:
11:25 Jésus lui dit: Je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi vivra, quand même il serait mort;
11:26 et quiconque vit et croit en moi ne mourra jamais. Crois-tu cela?
Christ est Lui-même la résurrection et la vie. Il est Dieu et a le pouvoir de donner et de redonner la vie. Ceux qui croient en Lui de leur vivant ne connaitront pas la mort éternelle. Jésus l’avait déjà annoncé aux Juifs en Jean 5 : 27….. mais là, ce qu’Il dit à Marthe est encore plus clair « Je » suis la résurrection et la vie. Si nous Lui avons donné notre cœur, nous le croyons, c’est une conviction profonde parce que nous avons le Nouveau Testament et que nous savons que Christ est mort pour nous, pour payer la condamnation que notre péché méritait. C’est Son sacrifice qui nous réconcilie avec Dieu. Nous savons aussi qu’Il était sur le point de ressusciter Lazare mais Marthe ? Elle ne sait rien de tout cela et pourtant elle Lui répond : 11:27 Oui, Seigneur, je crois que tu es le Christ, le Fils de Dieu, qui devait venir dans le monde. Son frère vient de mourir, Jésus ne l’a pas encore ressuscité, elle ne sait même pas qu’Il va le faire et elle accepte, par la foi, que quiconque vit et croit en Jésus ne mourra jamais. Nous pouvons alors apprécier la transformation qui s’est opérée dans le cœur de Marthe au contact de Jésus. Elle sait qu’elle peut venir à Lui en Lui exprimant ce qu’elle pense vraiment. Oui, si quelque chose n’est pas « juste », Il la reprend avec amour pour la remettre sur le droit chemin, nous l’avons vu ce matin et là, maintenant qu’elle est prête à L’écouter, Il lui enseigne, à elle Marthe qui est maintenant à Son écoute, une vérité qui approfondit sa foi, qui l’amène à comprendre en qui elle croit. Elle croit dans le Christ, le Fils de Dieu !!. Tout est-il gagné ? Est-elle arrivée au bout du chemin de sa foi ? ….

Attendons la suite. Elle va chercher sa sœur, (et nous verrons bientôt comment réagira Marie) puis elles reviennent avec leurs amis et au verset 39, Jésus demande d’ôter la pierre. Marthe, qui vient pourtant de faire une superbe déclaration de foi, dit, « Seigneur, il sent déjà, car il y a quatre jours qu’il est là. Oui, elle croit que Jésus est la résurrection et la vie mais là, ce n’est quand même pas possible. Il fait chaud à Béthanie et quatre jours, c’est long. Le corps de Lazare est déjà dans un tel état qu’il vaut mieux laisser le tombeau fermé. C’est logique, rationnel. Pourquoi Jésus veut-Il enlever cette pierre ? Marthe est une femme qui a les pieds sur terre, elle croit vraiment ce qu’Il Lui dit mais là, elle ne comprend plus… Cependant, Jésus la connait, il ne la reprend pas, Il lui dit simplement :
Ne t’ai-je pas dit que, si tu crois, tu verras la gloire de Dieu?
Et Jésus ressuscite Lazare. Marthe qui avait déjà fait un bond de géant dans sa foi après son dialogue avec Jésus. « Je crois que tu es le Christ, le Fils de Dieu, celui qui vient dans le monde. » voit maintenant son frère vivant à nouveau, parce que Jésus, le Fils de Dieu, a été exaucé par Son Père. Quelle confirmation à cette déclaration de foi !
Marthe, par ses réactions, fait beaucoup penser à l’apôtre Pierre, dans l’action, prêt à s’enflammer, et que le Seigneur a souvent repris, comme Marthe, parfois d’une façon qui semble un peu dure. Il les reprend, certes, mais toujours avec le but de les faire avancer, de leur faire mieux comprendre qui Il est. C’est Pierre aussi qui, en Mt 16 : 16 dit : « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant. » Deux tempéraments actifs, impulsifs, souvent repris mais capables, lorsqu’Ils ECOUTENT, parce qu’ils sont « enseignables », d’avancer magnifiquement dans leur foi et ensuite d’être utilisés par Dieu.
De la femme stressée et revendicatrice, amère que nous avons vue ce matin, à celle qui fait l’une des plus belles déclarations de foi de la Bible, quel chemin parcouru, quelle transformation ! Quel encouragement pour nous !
Revenons maintenant à Marie que nous avons quittée enfermée chez elle, ne venant pas à la rencontre de Jésus. Marthe, après avoir parlé avec Jésus, après avoir compris qu’Il était le Christ, pas seulement le grand enseignant et l’ami qu’elle connaissait, va voir sa sœur pour lui dire de venir Le voir. Marie y va alors, promptement, sans perdre de temps et arrivée devant Lui, elle n’est plus celle qui écoute en silence la parole du Seigneur. Lisons le verset 32 ; Seigneur, si tu avais été ici, mon frère ne serait pas mort. Exactement la même chose que ce qu’a dit Marthe au verset 21 ! Là encore, elle est aux pieds du Seigneur, il nous est dit qu’elle tomba à Ses pieds mais elle n’est pas dans la même attitude que dans le texte de Luc que nous avons vu ce matin. Elle qui était à l’écoute du Seigneur, maintenant, dans la douleur de la perte de son frère, elle réagit comme sa sœur. Elle s’adresse à Jésus avec respect, comme l’a fait Marthe, mais aussi en Lui exprimant son regret, son incompréhension. « Pourquoi n’es-Tu pas venu plus tôt ? Tu savais, pourtant. Tu l’aimais. » Elle qui écoutait seulement, elle ose dire à Jésus ce qu’elle ressent alors que dans le texte de ce matin, elle ne parlait pas, … et Jésus ne la reprend pas non plus. Il ne dit rien mais comme il est dit : « Il frémit en son esprit, et fut troublé (dans d’autres traductions : tout ému ». Et juste après, le verset le plus court de la Bible « Jésus pleura » Jésus sait pourtant qu’Il va ressusciter Lazare mais Il est à la fois pleinement Dieu et pleinement homme et devant la tristesse de Marthe, puis de Marie, devant les amis qui les accompagnaient et qui pleuraient aussi, Il pleure. Les deux textes nous indiquent que Jésus a tissé des liens d’amitié forts avec cette famille et là, Il retrouve les deux sœurs, et ceux qui les entourent, dans le deuil. La mort est la conséquence du péché de l’homme comme nous le dit la Genèse 3 : 17 et 19 « Parce que tu as écouté la voix de ta femme, et que tu as mangé de l’arbre au sujet duquel je t’avais donné cet ordre: … C’est à la sueur de ton visage que tu mangeras du pain, jusqu’à ce que tu retournes dans la terre, d’où tu as été pris; car tu es poussière, et tu retourneras à la poussière. »
Jésus pleure mais Il va ressusciter Lazare, comme Il le dit au verset 42, dans la prière où Il remercie Son Père : « j’ai parlé à cause de la foule de ceux qui se tiennent ici, afin qu’ils croient que c’est toi qui m’as envoyé. » Plusieurs en effet crurent en Lui, d’autres au contraire s’empressèrent d’aller raconter ce qu’Il avait fait aux Pharisiens qui cherchaient toutes les raisons de faire mourir Jésus.
Nos deux sœurs ont déjà beaucoup changé, Marthe a appris à ne plus demander à Jésus d’agir comme elle le voudrait mais à écouter ce qu’Il lui dit et à Lui faire totalement confiance, même

dans ces conditions, même quatre jours après. Marie apprend à Lui exprimer ce qu’elle ressent.
Mais notre famille de Béthanie, toute à la joie de se retrouver, que devient-elle après le miracle de cette résurrection ?
Prenons le dernier texte dans lequel il est question de Marthe et Marie. Jean 12
Six jours avant la Pâque, Jésus arriva à Béthanie, où était Lazare, qu’il avait ressuscité des morts.

Six jours avant la Pâque. Pour nous qui connaissons les Ecritures nous savons que c’est la dernière semaine, que Jésus va bientôt être mis à mort, dans trois jours, mais à part Lui, personne ne le sait encore et Il continue Son ministère. Il continue à se déplacer, même si les Pharisiens Le cherchent. Et, comme dans le texte de Luc que nous avons vu ce matin, Il vient à Béthanie et on Le retrouve dans la maison de Ses amis. Il y rejoint Marthe, Marie et Lazare, ressuscité. Nul doute que la joie régnait dans tous les cœurs pendant cette visite. Pourtant, Jésus sait que c’est Sa dernière visite à Ses amis.
Marthe est à nouveau en train de servir mais regardez combien elle a changé après ses conversations avec Jésus, avec tout ce qu’elle a entendu de Sa part. Elle a vraiment écouté et elle peut maintenant servir, sans murmurer, sans se plaindre, le cœur plein d’amour et de reconnaissance pour tout ce qu’Il a fait pour elle et sa famille. C’est ainsi qu’elle exprime sa reconnaissance à Jésus, elle sert, c’est ce qu’elle a toujours fait mais elle a beaucoup écouté avant et son service a une saveur toute nouvelle. Quelle transformation ! Ce n’est plus un devoir stressant, c’est un privilège de servir le Maître, Celui dont elle sait maintenant qu’Il est le Christ.
Et que fait Marie ? Elle qui, au début, était assise aux pieds de Jésus, à L’écouter, qui, ensuite, tombe aux pieds de Jésus, en osant Lui exprimer ce qu’elle ressent, nous la retrouvons là encore aux pieds de Jésus mais d’une toute autre façon. Elle qui écoutait, elle a trouvé une façon de montrer Sa reconnaissance à Jésus. Elle achète un parfum très cher, un parfum de nard pur, très rare d’où son prix. Le prix de ce parfum, trois cents deniers, équivaut pratiquement à dix mois de salaire d’un bon ouvrier agricole. Imaginez mettre dix mois de votre salaire pour acheter un parfum mais pas pour vous, pas pour vous en parfumer avec délectation chaque matin, non, pour l’offrir à Jésus. Pour Marie, ce n’était qu’une offrande juste, en retour de tout ce que Jésus avait fait pour elle. Ce parfum, elle le déverse sur les pieds de Jésus et, ensuite, elle Lui essuie les pieds avec ses cheveux. Ce parfum d’offrande, elle a dû en porter l’odeur pendant très longtemps. Judas est scandalisé :
Pourquoi n’a-t-on pas vendu ce parfum trois cent deniers, pour les donner aux pauvres?
En fait ce n’est pas aux pauvres qu’il pense, c’est à lui… Il aurait pu récupérer cet argent…Il disait cela, non qu’il se mît en peine des pauvres, mais parce qu’il était voleur, et que, tenant la bourse, il prenait ce qu’on y mettait.
Quel contraste entre Marie qui fait une telle offrande sans rien demander et Juda qui ne pense qu’à l’argent, entre celle qui donne et celui qui veut prendre… Jésus là encore ne dit rien à Marie mais Il répond à Judas : « Laisse-la garder ce parfum pour le jour de ma sépulture. Vous avez toujours les pauvres avec vous, mais vous ne m’avez pas toujours. » Il n’a plus que très peu de temps à passer avec Ses amis, avec Ses disciples. Et Marie, toute à Son écoute, l’a senti et elle le traduit en actions.
Jésus agrée l’offrande de Marie. Lui, Il sait qu’Il va bientôt mourir et être enseveli et ce parfum l’accompagnera. Marie n’a pas seulement écouté, elle a mis sa foi en action, elle a agi et Jésus a accepté son acte qui pourrait pourtant sembler extravagant. Pourtant y a-t-il rien qui soit de trop pour exprimer notre reconnaissance au Seigneur, pour tout ce qu’Il a fait pour nous ? Il nous a sauvés en mourant pour nous racheter des conséquences de notre péché.
Dans ces trois textes, les seuls qui parlent de Marthe et de Marie, pas une seule fois, nous ne lisons que Jésus adresse directement la parole à Marie mais elle écoute Son enseignement, c’est comme si toutes les fibres de son corps et de son cœur absorbaient ce qu’Il enseigne à Ses disciples. Elle écoute et là, nous la voyons agir, toujours selon son tempérament, mais un tempérament transformé !
Marthe est différente, au début, elle agit, sans écouter vraiment, mais ensuite elle apprend à croire peu à peu vraiment ce qu’elle entend et elle peut agir avec une attitude totalement renouvelée.
QUESTIONS EN PETITS GROUPES
Qui suis-je ? Plutôt Marthe ? Plutôt Marie ? Dieu a de toute façon quelque chose à m’apprendre. Nos deux sœurs sont bien différentes et Jésus les aime toutes les deux, Il n’agit pas de la même façon avec les deux parce que justement elles sont différentes. Si vous avez des enfants, il vous est facile de comprendre. Tel enfant a besoin d’être encouragé, tel autre d’être canalisé et notre objectif, c’est que chacun devienne un adulte équilibré, apte à mener sa vie d’adulte. Dieu n’agit pas autrement avec nous, Il veut que nous devenions des adultes dans la foi, équilibrés, propres à pratiquer les œuvres bonnes qu’Il a préparées d’avance pour nous.
Pourtant Il nous a créées différentes, avec des personnalités plus ou moins marquées, des tempéraments plus ou moins portés sur l’activité, plus ou moins sur l’écoute mais Il a quelque chose à nous apprendre à chacune. Notre tempérament restera à la base ce qu’il est, si je suis comme Marthe, plutôt extravertie, portée vers les autres, vers l’action, je resterai sans doute extravertie mais le Seigneur, par Son contact, me permettra d’apprendre à écouter, d’être plus sensible à ce qui m’entoure. Si je suis une Marie, plutôt introvertie, silencieuse, prête à écouter mais peu ouverte aux autres, le Seigneur, du fait que je suis à Son écoute, m’apprendra à m’exprimer, à agir aussi. Il est trop facile de dire, « Je suis comme ça ». C’est croire que Jésus ne peut pas me transformer… Il est vrai qu’il est relativement facile de ne pas commettre certains péchés quand ils concernent les actes : ne pas tuer, ne pas voler… La plupart des chrétiens quand ils rencontrent Christ changent de comportement (ils ne fument plus, ne boivent plus, vont à l’église, lisent leurs Bibles…) mais laissent-ils Dieu transformer leur caractère, le modeler peu à peu pour pouvoir agir chaque jour un peu plus comme Christ ? Suis-je prête à me laisser transformer ? Remarquons encore qu’à Marie, la silencieuse, Jésus ne parle pas mais qu’Il parle à Marthe, l’extravertie. Jésus sait comment agir avec chacune et Il sait comment agir avec chacune d’entre nous, Il sait comment nous toucher, de la façon qui aura le plus d’impact pour nous. Quelle que soit ma personnalité de départ, une chose est certaine, si je me laisse façonner par le Seigneur comme le potier façonne son vase d’argile, c’est un cœur plein d’amour et de reconnaissance pour Lui qui en résultera. Comme le dit le cantique : « Comme un souffle fragile, ta Parole se donne, comme un vase d’argile, ton amour nous façonne. » Si je mets ma confiance en Dieu et que je Le laisse agir dans ma vie par Sa Parole, Il me façonnera pour que je sois utile pour Son royaume en accomplissant au mieux la tâche qu’Il veut me confier. Suis-je prête, si je ne connais pas encore Jésus à dire avec Marthe : « Oui, Seigneur, je crois que tu es le Christ, le Fils de Dieu, qui devait venir dans le monde. » ? Car cette transformation ne pourra se faire que si d’abord je me donne à Lui (c’est Lui qui est la Vie) et ensuite suis-je prête à me mettre réellement à Son écoute, à accueillir cette part que personne ne pourra m’ôter ? Pour ensuite Le servir, et servir les autres, à laisser Dieu me modeler pour que je Lui sois vraiment utile, selon ce qu’Il attend de moi, pour pratiquer les œuvres qu’Il a préparées spécialement pour moi ?
Cherchez plutôt le royaume de Dieu; et cela vous sera donné de surcroit. (Luc 12 : 31)
Dieu ne me confiera pas la même tâche qu’à ma voisine. Inutile de la jalouser parce qu’elle a une personnalité autre, inutile de lui demander de faire la même chose que moi… Marthe continue, tout en apprenant à écouter Jésus, à recevoir chez elle, à accueillir les hôtes de passage et à les servir. Marie, même quand elle agit, reste dans une action portée vers l’adoration, on ne la voit pas servir. ET Dieu aime les deux, Il ne pousse pas Marie à servir ni Marthe à la contemplation, Il respecte leurs personnalités, qu’Il a Lui-même créées. Il remet simplement les choses en perspective, remet les priorités là où elles doivent être. C’est aussi une leçon pour moi, pour nous. Si Dieu accepte des façons si différentes de Le servir, qui suis-je pour juger que telle façon est meilleure qu’une autre ? Si ma sœur qui est à l’écoute du Seigneur agit autrement que je l’aurais fait, vais-je le lui reprocher ? et moi, si je suis orientée vers le service, est-ce que je me suis suffisamment mise à l’écoute du Seigneur avant de me lancer ?
N’oublions pas que Jésus aimait Marthe et Marie. L’amitié qui les liait ne s’est pas développée en une fois, dans l’épisode que nous avons vu ce matin, mais il y a eu, c’est certain, bien d’autres visites de Jésus à Béthanie. C’est ainsi que nait l’amitié, il faut du temps. Et pour cette transformation dont nous parlons, il faut aussi du temps. Elle n’a pu se faire qu’au moyen de rencontres fortes, de contacts proches. Et Jésus dit en Jean 15 : 14-15 : « Vous êtes mes amis si vous faites ce que je commande… Je vous ai appelés amis parce que je vous ai fait connaître tout ce que j’ai appris de mon Père. » Quel privilège ! Prenons-nous vraiment le temps de développer cette amitié ? Pour nous aussi, se tourner vers Jésus, L’accepter dans notre vie, c’est un moment fort, une nouvelle naissance mais il faut du temps, des contacts réguliers avec Lui, dans Sa Parole pour qu’Il puisse nous transformer.
Romains 12 : 2 … soyez transformés par le renouvellement de l’intelligence, afin que vous discerniez quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, agréable et parfait.

Ce n’est pas par nos efforts que nous serons transformées, c’est en laissant Dieu agir en étant à Son contact, jour après jour.
Nous arrivons presque à la fin de notre rencontre. Je vous invite à rester quelques minutes dans le silence. La musique qui va être jouée nous accompagnera dans notre réflexion. Nous pourrons demander par exemple: Qu’est-ce que Tu as voulu m’apprendre aujourd’hui, Seigneur ? Y a-t-il quelque chose dans ma vie que je dois changer ? Un domaine où je dois me laisser transformer par Toi pour mieux Te servir ? Suis-je « enseignable » ?

Laisser un commentaire

Obligatoire

Obligatoire,

*

Du HTML autorisé:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Trackback this post | Subscribe to the comments via RSS Feed


Rechercher

Abonnement : gratuit !

Inscrivez-vous pour recevoir un e-mail de notification à chaque article publié.


 

5 Articles plus récents

Catégories

Archives

Liens


Nb de visiteurs depuis mai 2012 :6661
Nb de visiteurs aujourd'hui:64
Nb de connectés:6